Présence Nordique - News

Interview exclusif de Marie Dorin-Habert

Credit photo Christophe Sorin 180831-SetA7616_WEB.jpg

Marie Dorin-Habert tourne la page du sport de haut niveau et se lance dans un nouveau défi de taille, en association avec son mari Loïs Habert et leur ami Robin Duvillard. Nous l’avons rencontré pour en savoir plus sur leur projet d’hébergement sportif; ZECAMP.

  • Bonjour Marie, la saison dernière vous avez quitté la frénésie du sport de haut niveau, parlez-nous de votre retraite sportive… comment vous la vivez aujourd’hui ? Prenez-vous le temps de respirer entre votre vie de famille et Zecamp ?

Non pas vraiment. Je me dédie à notre projet d’après carrière, notre hôtel, on est trois associés Loïs Habert, Robin Duvillard et moi-même. Ça fait trois ans que nous réfléchissons à cette aventure qui débutée cet automne. Cet hôtel est dédié à la clientèle sportive, même si tout le monde est bienvenu. Je me suis relancée dans ce projet, qui nous prend beaucoup de temps. J’ai continué mes études, j’ai un master de biologie écologie environnement que j’ai fini au printemps. Je me suis lancée dans pas mal d’activités en même temps, mais c’est le moment de rebondir et c’était essentiel de pouvoir faire autre chose à la fin d’une carrière.

  • L’aventure Zecamp est en route depuis quelques mois, vos qualités de sportives ont dû être utiles dans ces moments ? (abnégation détermination)

Oui, on est des travailleurs, et nous avions à cœur de monter une entreprise pour être indépendants et proposer nos propres services avec notre vision, la vision d’avenir de l’hôtel que l’on souhaitait développer. Les qualités de travail et d’engagement que l’on a acquis en tant que sportifs, nous servent maintenant parce qu’elles nous permettent de passer à l’action et d’oser le faire en prenant des risques. Parce que financièrement l’enjeu est important.

  • Vous avez une grande volonté de partager vos valeurs et ce que vous avez appris dans votre carrière, Zecamp vous permet-il de tels échanges ?

C’est notre souhait à tous les trois, de pouvoir transmettre. Le sport nous a beaucoup donné, c’est un milieu qui nous a appris énormément de choses. Et de ce fait si on peut essayer de transmettre la passion qu’on a eu, le plaisir de faire du sport, de se dépenser et d’être dehors, ce sera une petite victoire. Partager tout ça c’est toujours un plaisir.

Si vous souhaitez consulter l'interview complet, rendez-vous sur notre revue Présence Nordique numérique.

Retour à la liste des actualités