Présence Nordique - News

Ultra-Trail des Montagnes du Jura 2021

2010_BEN_BECKER_UTMJ_1586.jpg

Après une première année réussie, l'Ultra Trail des Montagnes du Jura repart pour une deuxième édition les 1,2 et 3 octobre prochains. 

Pour vous donner envie d'y participer et courir ces belles montagnes, voici un petit reportage paru au mois de novembre 2020 dans la revue Présence Nordique 55

  Organisé par l’Espace Mont d’Or, avec un comité d’organisation composé notamment de trailers d’expériences et passionnés comme Jean-Marie Thévenard, cette première édition a proposé un tracé de qualité, offrant aux       coureurs de belles épreuves. Une première édition marquée par des conditions climatiques hors normes, qui ont d’autant plus accentué la difficulté pour les parcours les plus longs. Le temps était plus clément le dimanche.

  Une première dans un décor de rêve

  Les Montagnes du Jura ont été, les 2, 3 et 4 octobre 2020, le théâtre de la première édition de l’UTMJ.

  Traversant pour la première fois les monts jurassiens du sud au nord, l’UTMJ ambitionne de devenir une référence incontournable. Tout au long du parcours, la diversité des paysages du Haut-Doubs et du Jura Suisse offrent un panorama et des points de vue exceptionnels sur la chaîne des Alpes.

  Un environnement préservé

  La haute qualité environnementale des Montagnes du Jura est un atout majeur à préserver, dans lequel s’inscrit l’UTMJ. Respect des espaces naturels traversés, dans l’organisation et les bonnes pratiques environnementales des coureurs, de leurs accompagnants et du public. Les participants ont signé une Charte environnementale, visant à les responsabiliser et à minimiser l’impact de leur passage.

  Des mesures exceptionnelles

  Sur le plan de l’organisation, rien n’a été laissé au hasard. Port du masque pour les bénévoles, spectateurs et membres de l’organisation, mise en place de sens de circulation pour le retrait des dossards et la restauration, signalétique, gel hydroalcoolique à disposition, distanciation sur le podium…

  Dans un contexte sanitaire inédit, l’organisateur a décidé d’offrir 50 dossards aux soignants en soutien de leur engagement pendant la pandémie.

  Cinq épreuves

  Une manifestation qui a réuni deux pays, deux régions, trois départements, 40 communes traversées, 500 bénévoles, 2000 participants, 5 épreuves allant de 19 à 180 km. Plus qu’un événement sportif, c’est une véritable  expérience de symbiose avec la nature.

  UTMJ : 180 km et 7800 D+, La Franco-Suisse : 112 km et 4650 D+, La Renarde : 72 km et 2600 D+, La CMM : 38 km et 1100 D+. La Lynx : 19 km et 690 D+.

  La Course

  Après avoir échappé aux mesures drastiques liées au COVID19, avec une autorisation préfectorale acquise à 24 h du départ, l’Ultra Trail des Montagnes du Jura est une réussite tant sportivement, que dans l’organisation des  épreuves et de l’accueil des participants. Certes le temps n’était pas des plus favorables. Il faut même dire que c’était parfois infernal. Pluie, neige, boue, vent froid, ont, sur l’épreuve reine du 180 km, vu 2/3 des participants abandonner. Mais, les « rescapés » de l’UTMJ ont pris du plaisir à retrouver cette épreuve d’endurance extrême, même s’ils reconnaissent avoir souffert tout au long du parcours. C’est le cas du Suisse Fabrice Fauser. Depuis le km 30, Fabrice a fait la course en tête et franchi la ligne d’arrivée à Métabief en 24 h 53 minutes et 39 secondes. Deuxième de l’épreuve, Alexandre Boucheix termine 1 heure et six minutes plus tard, suivi en troisième position par Patrick Duboz concluant son parcours à 1 heure et 45 secondes du premier. La première femme Stéphanie Perriard s’impose en 30 heures et 23 minutes.

 Pour Fabrice Fauser, le 180 km c’était une première, et cette épreuve l’a marqué. « C’est un terrain qui est assez roulant, assez cassant, qui me convient. J’avais de super jambes jusqu’au kilomètre 100. Après ça s’est un peu corsé. À partir du kilomètre 140, c’était dur. Il y avait 10 centimètres de neige aux Aiguilles de Baulmes. Ce n’était pas facile de se motiver avec le temps, la pluie, la neige le froid. Il fallait être costaud pour s’imposer aujourd’hui. Je m’étais préparé très sérieusement. J’habite à 20 km, je connais très bien les lieux et c’est génial de pouvoir gagner ici ». Gageons qu’il sera présent en 2021.

« La météo était vraiment chaotique », a souligné Alexandre Boucheix. « L’eau nous est tombée dessus pendant 25 heures. J’étais en compétition contre moi-même et la pluie ».

  Rincés, rincés, rincés…

  Sur les stands de ravitaillement, les bénévoles ont animé le passage des compétiteurs qui ont enduré une météo exécrable, et les ont vivement encouragés. Trempés jusqu’aux os, frigorifiés, la plupart des sportifs ont puisé dans leurs ressources profondes pour aller jusqu’au bout du défi. Leur état d’esprit, leur endurance, grandit leur engagement. Ceux qui n’ont pu franchi la ligne d’arrivée, reviendront l’année prochaine, pour l’accueil, la bonne organisation, le pays et l’obsession sportive de terminer le parcours.

  Les organisateurs rassurés et ravis

  Pour assurer la sécurité des participants, les organisateurs ont procédé à des changements d’itinéraires. La Franco-Suisse a été réduite d’une dizaine de kilomètres. Les trois autres courses (72 km, 38 km et 19 km) n’ont pas subi le mauvais temps. Les organisateurs affichent leur satisfaction quant au déroulement des épreuves, en s’appuyant sur les retours positifs des participants.

  Des conditions dantesques qui ont rendu un parcours plutôt roulant finalement plus difficile qu’il ne le paraissait sur le papier. Éric Picot, directeur de l’UTMJ est rassuré et ravi. « Ca nous a peut-être rendu service. La valeur sportive du succès a été rehaussée. Heureusement, malgré le mauvais temps, on ne déplore  aucun blessé sur l’ensemble des parcours. Je tiens à remercier tous le bénévoles et les sponsors qui se sont investis dans cet évènement qui a pu enfin voir le jour dans le Jura ».

  Jean-Marie Thévenard, responsable du tracé, envisage déjà des modifications pour la deuxième édition en 2021. « Au niveau du dénivelé, on ne peut pas faire quelque chose de plus dur qu’un événement dans les Alpes. Mais on va essayer de trouver un parcours moins roulant. Il ne faut pas que ce soit monotone pour les coureurs pendant trop longtemps ».

Texte : Jean-Claude Francès

Photos : Ben Becker

Pour plus d'informations et inscriptions => https://www.ultra-trail-montagnes-jura.fr/ 

 

2010_BEN_BECKER_UTMJ_0192.jpg 2010_BEN_BECKER_UTMJ_1712.jpg

 

Retour à la liste des actualités